Interdisons l’épandage de pesticides à côté des habitations

Signez la pétition pour interdire les épandages de pesticides à
côté des habitations
Bonjour, Ensemble, exigeons le droit de vivre #LoinDesPesticides : demandez avec nous l’interdiction des épandages de pesticides à côté des habitations.
Signez la pétition
Des études, telles que celle de l’INSERM en 2013, montrent un lien entre l’exposition des agriculteurs aux pesticides et le développe- ment de certaines maladies telles que des cancers, pathologies neu-rologiques (maladie de Parkinson, maladie d’Alzheimer, troubles cognitifs…) et des troubles de la reproduction et du développement. Dans une étude exclusive, France Nature Environnement Tarn et Garonne met en lumière les méfaits de ces pesticides sur une popu- lation trop souvent oubliée : les voisins et voisines des parcelles agricoles traitées. Après 6 mois d’enquête et 1131 personnes inter- rogées sur deux communes autour de Montauban, cette étude pilotée par un ancien chef de service en hématologie montre que la fréquence d’apparition de maladies est anormalement élevée chez les riverains de vergers, parcelles fortement consommatrices de pes-ticides. La fréquence de cancers ayant un lien probable avec les pes-ticides y est 2,5 fois plus élevée que la moyenne nationale.
Voir l’étude
Pourtant, aujourd’hui encore, il n’existe aucune interdiction d’épandages de pesticides à proximité des habitations. Des citoyens et citoyennes de tout âge sont donc aspergés directement dans leurs jardins. Pour protéger notre santé, le mouvement France Nature Environne-ment a besoin de votre appui pour obtenir l’interdiction immédiate des épandages de pesticides à côté des habitations et sortir durablement des pesticides.
Signez la pétition
Plus nous serons nombreux, plus nous aurons de chance d’être entendus. Votre mobilisation est donc primordiale pour donner de l’écho à cette mesure de bon sens. N’hésitez donc pas à diffuser largement cette pétition auprès de votre entourage et sur les réseaux sociaux avec le hashtag #LoinDesPesticides.
MERCI par avance de votre soutien et très bonne journée à vous.

Observatoire du nucléaire – Nouveau retard pour le réacteur nucléaire EPR : l’autorisation de mise en service est (encore) caduque !

Une nouvelle prolongation, après celle obtenue de justesse par EDF de 2017 à 2020, semble impossible à justifier : il faut reprendre toute la procédure à zéro ou, mieux, décider enfin d’abandonner l’EPR de Flamanville

En avril 2007, en accordant 10 ans à EDF pour construire l’EPR et le charger en combustible, le premier ministre Villepin pensait assurément avoir fait preuve de la plus grande prudence sachant qu’EDF prétendait construire le réacteur en seulement 4 ans et demi.

Or, de malfaçons et défectuosités, de fautes mineures en graves erreurs, le chantier a dépassé la date limite du 10 avril 2017. En catastrophe, et en faisant preuve de la plus grande complaisance pour EDF, le premier ministre Bernard Cazeneuve a publié le 24 mars 2017 un décret rectificatif se contentant de préciser qu’ « Au II de l’article 3 du décret du 10 avril 2007 susvisé, le mot : « dix » est remplacé par le mot : « treize ».»
 
Un simple changement de mot pour accorder 3 ans de plus sans l’ombre d’une évaluation de la situation qui, pourtant, a considérablement évolué depuis 2007 : cuve de l’EPR défectueuse, catastrophe de Fukushima, forte augmentation du prix de l’électricité nucléaire, effondrement du coût des énergies renouvelables, situation financière d’EDF, etc.

Saisi par l’Observatoire du nucléaire et d’autres associations, le Conseil d’État a finalement consenti à valider en avril 2019 la prolongation de 3 ans de l’autorisation de création. Mais ce tour de passe-passe, déjà difficilement justifiable, semble improbable à rééditer, sauf si le Conseil d’État souhaite totalement se ridiculiser.

Après une nouvelle grave malfaçon (d’importantes soudures mal réalisées), l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), elle-même gravement ridiculisée par sa décision de validation de la cuve défectueuse de l’EPR, n’a pas eu d’autre choix que d’exiger la réparation de ces soudures, opération très complexe susceptible d’endommager le réacteur.

Persistant dans le déni de son incompétence, la direction d’EDF annonce simplement ce jour que la mise en service du réacteur aura lieu cette fois en 2023, tablant probablement sur un nouveau décret de convenance se contentant de remplacer le mot « treize » par « seize », ou « dix-sept », et pourquoi pas « vingt » ou même « trente » pour plus de précautions ?!

En réalité, il est encore plus injustifiable aujourd’hui qu’en 2017 de récompenser l’incompétence de l’industrie nucléaire en accordant à EDF la prolongation exigée : la situation de l’EPR dans le contexte énergétique et industriel a encore évolué. Plus que jamais, la conception de l’EPR, datant du début des années 90, en fait un dinosaure sans même qu’il ne soit terminé.

Il va désormais être intéressant de voir si l’ASN, le gouvernement et le conseil d’État vont continuer à se ridiculiser ou si l’une au moins de ces institutions va finir par prendre ses responsabilités et mettre fin à la fuite en avant d’EDF.

La moindre des choses serait d’imposer à EDF de refaire totalement la procédure de création (ce qui prendrait à nouveau des années), en tenant compte de l’importante évolution de la situation depuis 2007. Mais le plus raisonnable est de mettre enfin un terme à l’aventure de l’EPR de Flamanville.

Certes, il est déplorable que près de 12 milliards d’euros soient gaspillés en vain dans ce chantier, mais il est clair que cet argent sera tout aussi gaspillé si l’EPR est un jour mis en service, avec de graves conséquences possibles et probables : accident nucléaire, désastre financier, production de déchets radioactifs, réacteur irradié à démanteler (il est immensément moins problématique et cher de démanteler un réacteur qui n’a pas été mis en service). Affaire à suivre…

Mail : observatoire.du.nucleaire@listes.rezocitoyen.org

« Croque ton jus » en partenariat avec l’ADEAR du Gers

valoriser les fruits qui se perdent dans les campagnes.

L’ADEAR du Tarn-et-Garonne envisage de monter une animation « Croque ton jus » en partenariat avec l’ADEAR du Gers lors de la fête des 20 ans de l’ADEAR (plus d’information à venir à ce sujet).

L’opération Croque ton jus a été créée par des paysans, propriétaires de vergers ou non dans le but de rassembler des gens autour d’un pressoir ambulant afin de valoriser les fruits qui se perdent dans les campagnes. C’est une animation mobile qui se déplace dans différents lieux et qui permet aux gens de presser les fruits qu’ils amènent lors d’une journée participative (chacun met la main à la pâte!) , en l’occurrence ici, les 20 ans de l’ADEAR.

Chacun repart avec du jus pressé et pasteurisé (2,1 kg de fruits = 1 l de jus). Les utilisateurs règlent un montant de 0,6cts e/ litre pressé pasteurisé (à confirmer). Nous gérons le stock de bouteilles.

Est-ce que certains seraient intéressés pour participer à l’opération? Amener ses/des pommes pour les presser?

Nous organiserons l’animation en fonction du nombre d’inscrits. Si peu de personnes intéressés nous ne pourrons maintenir l’opération.

Merci de répondre avant vendredi 14 juin. Je suis disponible pour toutes questions, merci à vous.

Alizée Fruleux ADEAR 82 : adear82-transmission@orange.fr

RAPPEL – INVITATION RÉUNION PUBLIQUE – JEUDI 13 JUIN POLLUTION DES EAUX SOUTERRAINES

INVITATION RÉUNION PUBLIQUE
13 JUIN 2019

Depuis environ dix mois, M. GENIES, maraîcher, ne vend plus ses légumes sur le marché, il n’en produit plus suite à un empoisonnement de son puits. VEVA vous informe sur la situation actuelle concernant M. GENIES et sur la probable pollution de la nappe phréatique.
Y a-t-il un problème sanitaire majeur ? « POLLUTION DES EAUX SOUTERRAINES »
Nous vous invitons à cette soirée avec la participation de France Nature Environnement 82 à la salle Gipoulou de Valence d’Agen à 19h (face à la gendarmerie). Suivi du pot de l’amitié.
Pour nous contacter ou adhérer à l’association : contact@veva82.fr

La loi d’orientation des mobilités sera examinée à l’Assemblée Nationale à partir de mi-mai, et jusqu’à début juin. Mobilisez vos députés pour une loi sur les mobilités plus écologique.

Lettre du Président n°127

Mots clés :  Loi d’Orientation des Mobilités (LOM), mobilités durables, écomobilité, climat

Chères Présidentes, chers Présidents, cher(e)s ami(e)s,

Après une première lecture au Sénat le 2 avril dernier, la loi d’orientation des mobilités sera examinée à l’Assemblée Nationale à partir de mi-mai, et jusqu’à début juin. Compte tenu de l’urgence climatique, des niveaux de pollution de l’air intolérables sur nos territoires et de leurs conséquences sur notre santé, et de l’impact des infrastructures sur la biodiversité, cette loi est lourde d’enjeux pour l’environnement. Elle doit donner des orientations fortes et des outils opérationnels afin de provoquer une rupture avec nos pratiques actuelles.

Depuis 2017, lors des phases de préparation de ce texte, FNE, notamment son réseau Transport et Mobilité Durable s’est mobilisé pour le renforcer : participation aux Assises de la mobilité, travail inter-associatif au sein du Réseau Action Climat France, communiqués de presse, mise en ligne d’un dossier pédagogique pour le grand public, auditions et travail d’amendements, etc.

Si les sénateurs ont permis quelques avancées (le remboursement par l’employeur des moyens de transports écologiques comme le vélo sera désormais cumulable avec le remboursement partiel transport en commun, des emplacements de vélos devront être prévus dans les bus , le périmètre des villes pouvant mettre en place une zone à faible émission a été étendu), le texte reste malheureusement bien en deçà de nos attentes et des objectifs fixés par le Gouvernement, à savoir : mettre en cohérence la politique nationale des déplacements avec les engagements pris via l’Accord de Paris pour lutter contre le changement climatique.

Malgré nombre de nos interpellations, le projet de loi reste muet sur la question des niches fiscales dont bénéficient certains secteurs, tels que le transport routier de marchandises. La loi ne donne par ailleurs aucune place aux associations environnementales dans les instances de concertation, alors qu’elles jouent un rôle de proposition et de garant essentiel. Malgré l’annonce que les investissements seront désormais prioritairement fléchés vers les infrastructures existantes, le texte prévoit encore le financement de nouveaux projets destructeurs, d’un autre âge. Enfin, des mesures pourtant annoncées par le Gouvernement, telles que l’expérimentation de péages urbains ou la vignette poids lourds, n’y figurent pas. Autant de points sur lesquels nous continuerons d’agir pendant l’examen du texte à l’Assemblée Nationale.

Pour cela, nous avons besoin de votre mobilisation pour que chacun.e d’entre vous sensibilise ses parlementaires à nos demandes.

A cet effet, nous vous proposons en annexe un courrier-type de demande de rendez-vous à envoyer à vos parlementaires avant fin mai par mail ou courrier, avec une note récapitulant nos demandes. Ces propositions ne sont pas exhaustives bien sûr, et libres à vous de les personnaliser à votre gré. Le plus important est de faire comprendre à nos parlementaires que pour cette loi, l’environnement ne peut plus être relégué à des mesures facultatives et symboliques. Nous devons leur faire savoir que pour les électeurs que nous sommes, la transition vers une mobilité plus écologique est une priorité.

Nous comptons sur vous pour leur faire passer ce message. N’hésitez pas à contacter Morgane Piederriere, notre responsable du plaidoyer, si vous avez besoin d’informations complémentaires, souhaitez disposer de nos propositions d’amendements, et pour partager les retours que vous feront vos parlementaires.

Vous pouvez aussi signer et faire signer autour de vous notre pétition pour demander à ce que soit mis fin aux cadeaux fiscaux accordés aux camions les plus pollueurs.

Bien à vous,

Michel Dubromel, président de FNE

ANNEXE :  

MAIL TYPE POUR DEMANDER UN RENDEZ-VOUS A VOTRE DÉPUTÉ, À PERSONNALISER

Vous pouvez trouver l’adresse de vos députés sur le site de l’Assemblée Nationale ou par déduction : prénom.nom de famille@assemblee-nationale.fr. Par exemple pour Pierre Dupont : pierre.dupont@assemblee-nationale.fr. Sur demande (à morgane.piederriere@fne.asso.fr), nous pouvons vous envoyer un fichier contenant les adresses mails de vos parlementaires.

Objet : demande de rendez-vous pour un échange sur la question des transports et des mobilités en vue de l’examen de la loi sur ce sujet 


Madame la Députée ou Monsieur le Député,

Si vous n’avez pas déjà eu de contact avec ce parlementaire : présentation en 5 lignes maximum de votre association, avec notamment son objet et le nombre d’adhérents, en précisant « membre du mouvement citoyen et apolitique France Nature Environnement qui regroupe de 3500 associations de protection de la nature et de l’environnement ».

La Loi d’orientation des mobilités (LOM) qui sera bientôt examinée à l’Assemblée Nationale devra répondre aux défis d’aujourd’hui, mais aussi à ceux qui nous attendent à moyen et long termes, et donc, avoir une réelle vision prospective. Les transports restant dans notre pays le premier poste d’émissions de gaz à effet de serre, les mesures à prendre dans ce secteur constituent une priorité. Le domaine des transports contribue également beaucoup à la pollution de l’air, deuxième cause de mortalité en France.

La mobilité est aussi une préoccupation du quotidien pour tous les citoyens. Cette loi doit permettre de proposer à tous, même aux plus démunis, et sur l’ensemble du territoire, des moyens de se déplacer sans (trop) polluer. Pour France Nature Environnement, la transition écologique doit nécessairement être juste et solidaire.

Cette loi est donc très attendue. Elle contient des mesures intéressantes mais insuffisantes pour provoquer le virage nécessaire dans les pratiques de mobilité. Nous espérons donc que son examen au Parlement sera l’occasion de l’enrichir.

C’est pour cela que nous souhaitons vous rencontrer, afin d’échanger avec vous sur vos positions et nos propositions, dont vous trouverez un résumé en pièce jointe.

Dans l’attente de votre réponse que nous espérons rapide, je vous prie d’agréer, Madame la Députée ou Monsieur le Député, mes sincères salutations.

Mail : <lienfederal@fne.asso.fr>

Lundi 15 avril à 20h30 au CGR Paris à Montauban

Projection débat sur le film : Un lien qui nous élève d’Oliver DICKINSON. En présence du réalisateur (https://vimeo.com/235127791) En partenariat avec La confédération paysanne, l’ADDEAR82 et LES COLIBRIS82.

Résumé : dès 1850, la loi Grammont punissait les mauvais traitements à nos compagnons sans mots. Mais, à ce jour, le paysage de l’élevage français a surtout pris la forme de porcheries-usines, de stabulations surpeuplées, de fermes industrielles robotisées… Heureusement, Laure, Nicolas, Annabelle et leurs collègues éleveurs choisissent une autre voie pour offrir une existence plus digne à leurs animaux, du début à la fin. Et leurs efforts sont récompensés par le lien qu’ils tissent avec leurs bêtes.
Un lien qui nous élève tous.

Mail : <becgil2@wanadoo.fr>

POLLINIS : rejoignez la mobilisation pour en finir avec tous les pesticides tueurs d’abeilles

L’EFSA,l’autorité sanitaire européenne, confirme que le sulfoxaflor, un pesticide néonicotinoïde nouvelle génération autorisé après d’habiles manœuvres des lobbys de l’agrochimie en 2014, est un tueur d’abeilles avéré et devrait être immédiatement retiré du marché.
Aidez POLLINIS à alerter les citoyens partout en Europe sur ces passe-droits insupportables que les institutions européennes accordent aux industries agrochimiques au détriment des abeilles, de l’environnement et de l’avenir même du vivant, et rejoignez la mobilisation pour en finir avec tous les pesticides tueurs d’abeilles ! ► JE SIGNE LA PÉTITION
Les experts sont formels : sur la majorité des aspects étudiés, le sulfoxaflor présente un « risque élevé » pour les abeilles et les bourdons sauvages.
Le rapport accablant de l’autorité sanitaire européenne justifierait à lui seul l’interdiction immédiate de ce poison nouvelle génération en Europe, comme la France vient de le faire. 
info@pollinis.org
contact@pollinis.org

GLYPHOSATE : INTERDICTION D’IMPORTATION AU VIETNAM

Le Vietnam a annoncé qu’il interdisait immédiatement l’importation de tous les herbicides à base de glyphosate à la suite du verdict classant le produit comme cancérigène.

Hoang Trung, directeur du département de la protection des végétaux du ministère de l’Agriculture et du Développement rural, a déclaré le 23 mars au journal Tuoi Tre que l’importation et le commerce transnational d’herbicides contenant du glyphosate seraient dorénavant interdits, avec effet immédiat.(26/03/19)

campagne-glyphosate-82

ASSEMBLEE GENERALE ALTERNATIBA 82 : MARDI 09 AVRIL

Nous avons le plaisir de vous inviter à l’ASSEMBLEE GENERALE de l’Association ALTERNATIBA 82 le MARDI 9 AVRIL 2019 à 20 h Salle d’Animation (Place de la République) de LAFRANCAISE

Ordre du jour :

            – Rapport Moral – vote

            – Rapport d’activité – vote

            – Rapport financier – vote

            – Perspectives et projets       

Pas de réélection du bureau cette année.

PROJECTION DU FILM : IRRINTZINA  http://www.irrintzina-le-film.com/

Si vous êtes empêché(e) d’assister à cette Assemblée Générale, vous pouvez donner procuration pour vous représenter et voter en votre nom, au moyen de l’imprimé ci-dessous, à un autre adhérent de l’association.

Cette procuration est à adresser par mail ou par courrier avant le 5 avril 2019 à :        

Josiane ROSSO 1371 rte de Labastide du Temple 82290 – LA VILLE DIEU DU TEMPLEAlternatiba82@gmail.com ou à remettre à la personne qui vous représentera lors de l’Assemblée Générale.

                                        Le Président, Christian Lagasse

PROCURATION

Je, soussigné(e) ……………………………………………………………………………………………………..Empêché(e) d’assister à l’Assemblée Générale le 26 Janvier 2018 donne pouvoir à : Mr ou Mme ……………………………………………………………………………………… Pour me représenter à cette réunion et voter en mon nom.                                       Date :                                   Signature :

Mail : <alternatiba82@gmail.com>