Trashed, la Terre n’est pas une poubelle

Une réalisation magnifique, un constat accablant et des pistes pour s’en sortir. Sélectionné dans plus de 40 festivals, Trashed suit le voyage de l’acteur oscarisé Jeremy Irons sur une planète étouffée de déchets. De l’Indonésie à la France, en passant par l’Islande, le Liban ou encore les États-Unis, la caméra de Candida Brady accompagne l’acteur dans une enquête édifiante.

Déchets : « Le problème de tous et la responsabilité de chacun »

Le trop plein de déchets « c’est le problème de tous et la responsabilité de chacun. » avertit l’acteur. « Nous sommes tous informés, nous sommes tous en colère et peut-être même un peu honteux de nous-mêmes. Mais c’est à nos représentants de faire ce pour quoi ils ont été élus. ». Car ce que montre Trashed, ce sont les conséquences désastreuses de politiques souvent aléatoires, parfois inexistantes, de réduction et de traitements des déchets à travers le monde.
Cette stratégie de l’autruche engendre des pollutions des eaux, de l’air, des sols et, par effet domino, affecte de plein fouet la santé de citoyens. Contre le tout jetable, Jeremy Irons et Candida Brady n’omettent pas de présenter dans le documentaire Trashed ces démarches alternatives qui ont valeur d’exemples, à l’image de la ville de San Francisco.
En 2002, la mairie a affiché une ambition forte : objectif 100 % des déchets recyclés ou compostés d’ici 2020 avec un objectif intermédiaire de 75 % en 2010. Cette politique, volontariste, s’est accompagnée de multiples initiatives législatives dans une démarche bien organisée, étape par étape, secteur par secteur. Et les résultats sont là. 80 % des déchets de la ville sont aujourd’hui recyclés ou compostés. Les économies réalisées sont considérables, démontrant que la réduction du poids des déchets possède aussi intérêt économique, argument de choix pour certains secteurs réticents.
San Francisco est un exemple parmi d’autres, des témoignages qui encouragent le changement. « Une des meilleures sources d’inspiration est de voir que certaines communautés n’attendent pas qu’on leur dise quoi faire, mais vont de l’avant et agissent par eux-mêmes » conclut Jeremy Irons.
France Nature Environnement, partenaire officiel de Trashed, vous invite à découvrir ce documentaire utile. Rendez-vous donc dans les salles obscures dès le 16 novembre : une bonne entrée en matière pour se mobiliser à l’occasion de la Semaine Européenne de Réduction des Déchets.

épandages de lisier à Montauban

20161114_130716

lundi 14 novembre, la ville était en état de siège lors d’une puissante manif organisée par la FDSEA; les manifestants s’en sont pris de façon agressive aux services départementaux de l’Etat, Préfecture et DDT. Quel est le problème ?: dans la répartition des aides aux territoires défavorisés, le Tarn et Garonne s’est trouvé à la portion congrue, trés congrue même. Mais est ce la faute des services départementaux de l’Etat ?? On sait que, dans la répartition des aides, ce sont les lobbies les plus puissants et les plus redoutés qui emportent la majorité de la mise. Ce sont donc les lobbies, au niveau national qui font la loi et nos services départementaux n’y sont pour rien. C’est un problème entre la FDSEA  et la FNSEA. Dans les commissions départementales, le syndicat majoritaire est très écouté, voire redouté ;  Ils font la pluie et le beau temps ce n’est donc pas à ce niveau que peut se situer le problème. Nous ne comprenons pas la hargne de nos agriculteurs vis à vis de nos services de l’Etat.