Journée d’échange sur la pollution de l’air en lien avec l’agriculture

Formation « pesticides et pollution de l’air »

INSCRIPTION ICI

Jeudi 27 juin 2019 à Montauban (La Cuisine des Pibouls, 1432 route de St Antonin)

FNE, FNE Midi-Pyrénées et FNE Tarn-et-Garonne vous invitent à participer à une journée d’échange sur les enjeux de santé en lien avec les pesticides dans l’air et les émissions d’ammoniac, de méthane etc en provenance du secteur agricole. 

L’agriculture est responsable de 50 % des émissions de méthane et de 90 % des émissions d’ammoniac. Le méthane a un potentiel de réchauffement environ 28 fois plus important que celui du CO2 et est précurseur d’ozone. L’ozone endommage les récoltes, mais également notre appareil respiratoire. L’ammoniac réagit rapidement avec d’autres polluants atmosphériques pour former des particules fines. Les particules fines impactent notre appareil respiratoire, cœur, système nerveux ou peuvent mener à des cancers. FNE intégrera dans son travail les émissions de pesticides du fait de leur impacts et des études en cours.

Programme prévisionnel :

09h00 Accueil des participant.e.s

09h30 Tour de table

10h00 Présentation du réseau Santé-Environnement et du projet LIFE 2018-2021 sur la qualité de l’air en provenance du secteur agricole porté par FNE (Charlotte LEPITRE, coordinatrice du réseau Santé-Environnement)

On se focalisera sur l’ammoniac, le méthane et les pesticides dans l’air. Au cours des 3 années du projet, une collaboration entre FNE et son mouvement sera important. En conséquence, sera présenté la campagne nationale de mesure des pesticides dans l’air qui a lieu entre Juillet 2018 et Juillet 2019. Suivi de cette étude et points de mesure en Bretagne.

11h00 Présentation de l’actualité « air » (échanges avec les « pisseurs volontaires », représentation à ATMO Occitanie et zone à faible émission -ZFE- Toulouse, etc.) de FNE Midi-Pyrénées (Jean OLIVIER, directeur de FNE MP)

11h30 Echanges sur la veille sanitaire réalisée en zone d’arboriculture par FNE 82 dans le Tarn-et-Garonne (Françoise CURBELIE, administratrice de FNE 82 et de FNE Midi-Pyrénées)

12h00 Présentation de l’outil Sentinelles de la Nature

12h30/14h00 Pause déjeuner

14h00 Présentation des travaux d’ATMO Occitanie en cours sur les mesures de pesticides dans l’air (un.e représentant.e d’ATMO Occitanie)

15h00 Echanges

16h00 Conclusions sur les perspectives d’actions sur la qualité de l’air et en Santé-Environnement pour 2019

17h00 Fin de la Journée

INSCRIPTION ICI

IMPACT DES PRODUITS PHYTOPHARMACEUTIQUES SUR LA SANTÉ DES RIVERAINS PROCHES DES CULTURES SUR DEUX COMMUNES DE TARN ET GARONNE

Enquête réalisée par la commission Veille Sanitaire de FNE 82

De février à octobre 2018, des équipes de bénévoles de FNE 82, ont sillonné deux communes du Tarn et Garonne et interrogé 1131 riverains et leurs familles (1014 adultes et 117 enfants) afin d’évaluer l’impact des produits phytopharmaceutiques sur leur santé. Ces deux territoires ont une activité agricole de monoculture, essentiellement arboriculture, les céréales et la viticulture sont au second plan.

La méthodologie a été rigoureuse en s’appuyant sur un questionnaire précis portant sur les thèmes principaux : cancer en général, troubles neurologiques et endocriniens. Parmi les cancers, nous avons volontairement isolé les pathologies du sang et des ganglions qui sont de constatation plus récente. Cette étude indépendante garantissant l’anonymat doit faire référence pour d’autres études sur le terrain en posant les bonnes questions relatives à la santé des personnes interrogées.

Les résultats globaux montrent une sur-incidence des cancers mais aussi des autres pathologies neurologiques et endocriniennes. L’incidence des différentes pathologies s’établit à 31,8 % et elles sont possiblement en lien avec la durée et la distance d’exposition aux produits phytopharmaceutiques. Les résultats détaillés mettent en avant :

– la fréquence de certains cancers comme les tumeurs cérébrales, les cancers du rein, des ovaires, de la peau, de la thyroïde et des cancers des ganglions et du sang ; ce sont des pathologies « émergentes » qui ne doivent pas occulter la fréquence des cancers habituels notamment celui du sein et de la prostate (les plus fréquents dans notre étude). Par contre les cancers digestifs et pulmonaires sont stables. Ces pathologies « émergentes » doivent être considérées comme des marqueurs d’un environnement pollué possiblement par les produits phytopharmaceutiques (la fréquence brute des cancers au niveau de notre enquête est de 15 % environ alors que le taux de prévalence total des cancers en France est proche de 6% – source Inca).

– les pathologies neurologiques se retrouvent aux deux âges extrêmes de la vie : 4,4 % : maladie de Parkinson, Alzheimer, spectre autistique. Chez l’enfant, cette pathologie est en nette augmentation : en Europe, en 1970 : 1/5000 enfants – en 2015 : le rapport européen : 1/60 enfants. En Californie, c’est une cause nationale.

– les pathologies endocriniennes sont dominées par les dysfonctionnements endocriniens chez l’enfant et les dérèglements de la fonction thyroïdienne chez l’adulte : 8 %. Chez l’enfant, les malformations des organes génitaux externes chez le garçon ne sont pas rares et les pubertés précoces chez la fillette sont préoccupantes.

– les autres pathologies regroupent des cas de malformations d’organes (pas de malformations des membres), des manifestations allergiques et situations « émergentes » : les maladies auto immunes.

A partir de ces résultats, nous pouvons dégager des profils de population qui sont particulièrement exposées de part leur situation de riverains :

– l’ancienneté de l’exposition :  plus ou moins 25 ans

– la proximité des vergers : plus ou moins 200 mètres

Mais d’autres paramètres doivent être définis.

En conclusion, ce travail instructif et nécessaire a permis d’aller au contact d’une population ciblée, jamais interrogée à ce jour : les riverains.

L’environnement est désormais un problème de santé publique avec un triple pacte : social, environnemental et de santé.

Nos constatations confirment les données de la littérature nationale et internationale, mais ces rapports ne ciblent que les agriculteurs et leurs familles.

Des mesures préventives, à toutes les étapes de la chaîne d’utilisation, doivent être mises en place.

Il faut cependant rapprocher les effets néfastes de ces produits à l’exposition de la pollution atmosphérique, à l’utilisation des antibiotiques, surtout vétérinaires et à d’autres types de pollution.

Les conclusions de cette enquête indépendante nous confortent dans notre rôle de « lanceurs d’alerte ».

⇒ Tous coupables, Tous concernés, Tous touchés et tous responsables

Ne pas dénoncer mais énoncer sans jamais renoncer

Agenda : La Veille Sanitaire de France Nature Environnement 82 ainsi que le docteur Donadio vous donnent rendez-vous le mercredi 19 juin à 20h30 à LA MUSE centre culturel de Bressols, pour débattre des résultats de l’enquête

http://www.lamusecinema.org/

Formulaire de contact FNE 82 :

MAI 2019 – FNE 82

MARCHE POUR LE CLIMAT

LE 16 MARS 2019 : RENDEZ-VOUS DEVANT LA PRÉFECTURE DE MONTAUBAN ENTRE 10H ET 10H30

FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT

JOURNÉE MONDIALE SUR LE DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE

ce que l’on ne  fera pas aujourd’hui, on ne pourra pas le faire demain !

L’ensemble des modèles climatiques montre des évolutions dramatiques. Cette hausse des températures provoquera

– Une hausse  des océans et mers comprise entre 2 et 10 mètres.

 100 millions de personnes à déplacer dans l’ensemble des pays, y compris en France .

_ une industrie côtière détruite (destruction des ports, des activités touristiques etc..).

 Avec la sécheresse des conflits ravageurs pour l’exploitation des ressources en eaux

– Une agriculture sinistrée.

– Des famines à répétition.

QUEL SINISTRE TABLEAU POUR LES GENERATIONS FUTURES !

Nous devons mettre la pression sur les gouvernants pour que de réelles mesures soient  prises en urgence.

RASSEMBLEMENT       MONTAUBAN   SAMEDI 16 MARS   (de 10h à midi).

D’autres rassemblement seront organisés, ces dates seront annoncées sur notre site : Fne82.org

Marche pour le climat : départ devant la préfecture à 10h. Arrivée à LA ROSERAIE à midi.

SOYONS PRÉSENTS  SUR MONTAUBAN

Quelques problèmes de vessie à la Centrale Nucléaire de Golfech

Un des deux réacteurs de GOLFECH présente des défauts qui ne peuvent ni être identifiés et quantifiés, il s’agit de fissures sur le barres (ou crayons ) de zirconium qui contiennent les pastilles d’uranium.Les autorités compétentes ( Agence de Sureté Nucléaire, Direction de la centrale) confirment qu’il est impossible de savoir le nombre de barres concernées et leurs localisations dans le cœur du réacteur. Or la localisation est fondamentale car proche de la cuve acier, elles peuvent entraîner une fragilisation supplémentaire de l’acier. Ces barres sont la première barrière de sécurité,L’ASN dans un précédent rapport avait noté des problèmes de soudures et de manipulations qui entraînaient la présence de copeaux néfastes à la qualité de ces barres.Malheureusement il n’existe aucun moyen in situ de quantifier et de qualifier l’importance des dégâts, c’est uniquement au moment de l’arrêt du réacteur pour le rechargement des barres qu’un état des lieux pourra se faire.
Espérons comme le dit l’ingénieur de la centrale, que si le nombre de barres défectueuses devrait augmenter les systèmes automatiques de sécurité de la centrale provoquent l’arrêt du réacteur.
Le danger principal serait une montée en température importante de l’eau du réacteur due à une défaut de refroidissement qui produirait une réaction entre le zirconium et l’eau avec formation d’hydrogène gazeux qui en se combinant avec l’oxygène de l’air produirait une explosion semblable à Fukushima.
Membres de la CLI de Golfech nous ne cesserons d’interroger les autorités compétentes.

s.

diaporama-golfech-oct-2016

rejets-golfech16122016

diaporama-golfech-oct-2016

Réunion d'informations sur les rejets récents de la centrale nucléaire de Golfech

fuite_glofech-cordination_sudouest

FUITES

à la CENTRALE NUCLÉAIRE

de GOLFECH

On nous cache tout, on nous dit rien !

Réunion d’information

VENDREDI 16 DÉCEMBRE 20H30

MAISON DE LA VIE ASSOCIATIVE

54 rue Coquard – 47300 Villeneuve sur Lot

ENTRÉE GRATUITE, VENEZ NOMBREUX !

Afin de suppléer au silence d’EDF et des médias concernant les fuites détectées en octobre à la centrale de Golfech, nous organisons une réunion pour informer les citoyens sur les risques encourus par la population.

Les autorités publiques et EDF ne souhaitent pas que nous soyons tenus au « courant », car ils sont en train de nous préparer à admettre l’irréparable, c’est-à-dire les conséquences d’un accident nucléaire majeur.

Cette réunion a pour but de pallier le manque d’information et aussi pour objectif de proposer des actions remettant en cause le risque nucléaire.

Organisateurs : Coordination Antinucléaire du Sud-Ouest et Collectif NGHS47
nonaugazdeschiste47@gmail.com
Lien: Coordination Antinucléaire du Sud-Ouest
Tract Golfechtract-golfech
 

Rejet radioactif à Golfech des assaciations portent plainte

Rejet radioactif à Golfech : FNE 82 et 8 associations de défense de l’environnement du Tarn-et-Garonne, du gers, de l’Ariège, du lot et du Lot et Garonne portent plainte contre EDF
Pdf plainte: plainte Golfech 2016  capture-plainte
Vidéo FRANCE 3:
Le 19 octobre 2016, à 18h55, EDF a mis en service une installation censée traiter les rejets radioactifs issus du circuit primaire du réacteur n°1. Un dysfonctionnement s’est apparemment produit, puisqu’à 19h58, l’alarme indiquant le dépassement du seuil réglementaire de radioactivité à la cheminée de rejet s’est déclenchée. L’installation de traitement a alors été arrêtée et le rejet stoppé, mais 136 milliards de Becquerels avaient déjà été rejetés dans l’environnement !
Au vu de l’importance de ce rejet, rien ne permet à EDF d’affirmer que celui-ci n’a eu « aucun impact sur l’environnement ». Un dépassement n’est pas à prendre à la légère : les seuils de rejets, taillés « sur mesure » selon les propositions de l’exploitant, sont fixés en fonction d’un optimum économique et technique, et non de normes sanitaires.
Enfin, alors qu’un tel rejet est anormal, EDF a attendu deux jours pour prévenir l’Autorité de sûreté nucléaire et la Commission Locale d’Information… et presque une semaine pour alerter les médias ! Voilà un bel exemple de la « transparence » vantée par la centrale !

Des questions sans réponse

À ce stade, EDF n’a apporté aucune précision sur des faits pourtant d’intérêt public :

  • Quelle est la cause de ce rejet ? S’agit-il d’une erreur humaine ? D’un dysfonctionnement de l’installation de traitement ? Faut-il faire un lien avec un problème évoqué en septembre par des représentants de la centrale devant des membres de la Commission Locale d’Information, à savoir une gaine de combustible nucléaire endommagée qui contamine l’eau du circuit primaire ?
  • Quel était le niveau de radioactivité dans le bâtiment des auxiliaires nucléaires lors de l’intervention sur l’installation à l’origine de ce rejet ?
  • Quels ont été les gaz radioactifs rejetés ?
  • Enfin, pour quelle raison EDF a-t-elle dissimulé ce rejet si longtemps ?

Pour que ce rejet radioactif ne reste pas impuni, et afin que le Parquet puisse commencer une enquête, 9 associations ont déposé plainte le 28 novembre contre EDF. 

associations-portent-plainte

//embedftv-a.akamaihd.net/56642b8da578b20668de0cddca34f681